dimanche 25 octobre 2015

Sauvée de justesse




L’Automne

 Sois le bienvenu, rouge Automne, 
Accours dans ton riche appareil,
 Embrase le coteau vermeil 
Que la vigne pare et festonne.

 Père, tu rempliras la tonne 
Qui nous verse le doux sommeil ;
 Sois le bienvenu, rouge Automne, 
Accours dans ton riche appareil. 

Déjà la Nymphe qui s’étonne, 
Blanche de la nuque à l’orteil, 
Rit aux chants ivres de soleil 
Que le gai vendangeur entonne. 
Sois le bienvenu, rouge Automne. 

Théodore de Banville

11 commentaires:

  1. Heureusement qu'elle a pu s'accrocher au fil tendu...
    Mais pauvre araignée, elle ne s'attendait sûrement pas à une telle prise.
    Merci pour le poème, Claudine. Je le découvre.

    RépondreSupprimer
  2. Eh eh... pendue à un fil, pauvre petite vie ! Bises de JB

    RépondreSupprimer
  3. Une petite feuille solitaire se balançait.. au bout d'un fil invisible..
    Beau poème.
    Belle journée - Bises

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Claudine.
    Bien vue, combien de temps encore le fils va t il tenir ?
    Très belle poésie.
    Bon dimanche. A + ☺ ☼

    RépondreSupprimer
  5. joliiiii

    passe un bon dimanche Claudine
    bises

    RépondreSupprimer
  6. C'est une très jolie page photo et poème, j'aime.

    RépondreSupprimer
  7. C'est une très jolie page photo et poème, j'aime.

    RépondreSupprimer
  8. Elle ne veut pas tomber , sa robe est trop belle pour être abimée !
    Très joli poème.
    Douce soirée, bises Claudine

    RépondreSupprimer
  9. très joli, merci à l'araignée pour le fil de soie bien solide !
    MIAOU !!!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour permettre a tous et à toutes de laisser un petit mot sans être obligée de montrer patte blanche
Merci à vous tous